Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 12 décembre 2019 - Ste Jeanne de Chantal
Publié le : 6 mars 2015 Source : Zenit.org
 

 

Les news

La Prière eucharistique (10)

La Prière eucharistique (10)

«  Toute la création proclame ta louange  »

Comme beaucoup d’autres Prières eucharistiques, la III (que nous lirons patiemment) se poursuit en reprenant les mots-mêmes des préfaces et du Sanctus  : «  Tu es vraiment saint, Dieu de l’univers.  » L’horizon est aussi large que la création tout entière.

Nous donnerons parfois les mots latins correspondant à la traduction française, non pour critiquer la traduction, mais parce que le texte a été rédigé en langue latine, puis traduit.

Ici, le texte latin comporte un mot qui ne se retrouve pas dans le français  : merito. C’est à bon droit que toute la création te loue. Cette précision ne fait que reprendre les premiers mots de toutes les préfaces  : «  Il est juste et bon…  »

Chacune à sa mesure

Le texte latin dit aussi  : omnis creatura, «  toute créature  ». Avec «  toute la création  », la différence n’est pas bien grande, mais le latin est plus concret  : chaque créature proclame la louange de Dieu à sa mesure. Un orchestre forme un ensemble mais chaque instrument a sa partie. Dans la création, le caillou, le lion et le séraphin ne jouent pas des mêmes instruments. Pourtant, aucune créature n’est exclue de la louange du Créateur.

Les auteurs bibliques, et en particulier le psalmiste, convoquent souvent toutes les créatures, même inanimées, pour chanter avec eux Celui qui est, en même temps, le Créateur de l’univers et Celui qui a choisi un Peuple et qui a décidé de demeurer dans le Temple de Jérusalem  : Dieu du cosmos et Dieu d’Israël, le même, le seul.

Le Psaume 18-19 est, peut-être, composé, au départ, de deux parties. Mais ce n’est pas le hasard qui les a réunies. La première commence ainsi  : «  Les cieux racontent la gloire de Dieu  »  ; la seconde, par ces mots  : «  La loi du Seigneur est parfaite, réconfort pour l’âme.  »

Que l’acclament le ciel et la terre,

La mer et tout ce qui s’y remue

(Psaume 68-69, 35)

Louez le Seigneur depuis les cieux

Louez-le dans les hauteurs,

Louez-le, tous ses anges,

Louez-le, toutes ses armées  !

Louez-le, soleil et lune,

Louez-le, tous les astres de lumière,

Louez-le, cieux des cieux,

Et les eaux de dessus les cieux  !

(Psaume 148, 1-4)

Et le dernier verset du dernier psaume de la Bible conclut le recueil sur la même note  : «  Que tout ce qui respire loue le Seigneur  ! Alleluia  !  »

Les Trois Enfants dans la fournaise (Daniel 3), dans leur appel à bénir le Seigneur, suivent l’ordre des jours de la Création dans le livre de la Genèse  : apparaissent successivement le ciel, les astres et tous les phénomènes météorologiques  ; puis les plantes et les bêtes  ; les enfants des hommes  ; et, enfin, Israël, les prêtres, les saints et les humbles de cœur.

La foi chrétienne, comme celle de «  nos frères aînés  », n’est nullement dualiste. Pour un chrétien, il n’y a pas de «  bas monde  ». La Sagesse divine est, à la fois, le «  maître d’œuvre  » aux côtés du Créateur, et celle qui trouve ses délices parmi les enfants des hommes  » (Proverbes 8, 30-31). Dans le Prologue de saint Jean, le Verbe est Celui en qui tout a été fait et Celui qui a pris chair pour que nous puissions devenir enfants de Dieu.

Les prières juives, plus ou moins contemporaines de Jésus, s’inscrivent dans la même logique. Elles insistent, en particulier, sur la lumière. Car le symbole de la lumière permet facilement de passer de la création («  Et Dieu dit  : ‘Que la lumière soit…’ Premier jour.  ») à la lumière de la révélation.

Béni sois-tu, Seigneur, notre Dieu, Roi de l’univers, toi qui formes la lumière et crées les ténèbres, qui fais la paix et crées toutes choses  ; qui, dans ta miséricorde, donnes la lumière à la terre et à tous ceux qui y habitent… Et, plus loin  : Eclaire nos yeux à tes commandements.

Une création réconciliée

La vocation et la mission de l’homme est d’être la voix de la Création tout entière. Comme le roi, en Israël, doit permettre au Peuple de vivre dans la paix et la fidélité à l’Alliance  ; de même, l’homme, roi de la Création, doit permettre à toutes les créatures de vivre dans l’harmonie. Ou encore  : la fonction du Prêtre, en Israël, est d’offrir au nom du Peuple. L’homme est le prêtre de la création, chargé de l’offrir à Dieu dans le service de ses frères, au lieu de l’asservir à son plaisir.

Dans le Credo, l’acte créateur, puisqu’il évoque l’origine (et pas seulement le commencement dans le temps) est attribué au Père. Il est donc normal que, dans la Prière eucharistique, les créatures soient invitées à louer le Père. Mais le Fils et l’Esprit Saint sont associés à l’œuvre du Père, d’autant plus que la création, solidaire de l’homme, a besoin d’être sauvée, réconciliée, comme saint Paul l’exprime dans l’épître aux Colossiens (1, 15-20)  :

Il est l’Image du Dieu invisible, Premier-Né de toute créature,

car c’est en lui qu’ont été créées toutes choses….

Dieu s’est plu à faire habiter en lui toute la Plénitude

et par lui à réconcilier tous les êtres pour lui

aussi bien sur la terre que dans les cieux

en faisant la paix par le sang de sa croix.

A la sanctification par le Christ, la Prière ajoute «  la puissance de l’Esprit Saint  ». Nous reviendrons sur l’association de la «  puissance  » et de l’Esprit Saint. Notons, pour l’instant, que la Prière III semble s’inspirer de saint Paul. Le chapitre 8 de l’épître aux Romains, consacré plus particulièrement à l’Esprit, contient ce passage mystérieux où la création est unie à la destinée des hommes devenus, par l’Esprit Saint, enfants de Dieu (versets 19 à 22)  :

La création tout entière aspire à la révélation des fils de Dieu… avec l’espérance d’être elle aussi libérée de la servitude de la corruption pour entrer dans la liberté de la gloire des enfants de Dieu… Toute la création jusqu’à ce jour gémit en travail d’enfantement.

Les derniers mots de la Prière III, avant la doxologie finale, orientent le regard vers le Royaume, objet d’espérance. Mais si l’accomplissement ne se réalisera que dans la Jérusalem céleste, nous l’anticipons déjà en célébrant l’Eucharistie du Seigneur qui a tout réconcilié en Lui.    



Zenit.org, 2006. Tous droits réservés
- Pour connaitre les modalités d´utilisation vous pouvez consulter :
www.zenit.org ou contacter infosfrench@zenit.org
- Pour recevoir les news de Zenit par mail vous pouvez cliquer ici
Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales