Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 23 septembre 2021 - Saint Constant
Publié le : 23 décembre 2008 Source : Zenit.org
 

 

Les news

L’hiver démographique, plus inquiétant que le réchauffement climatique

ROME, Mardi 23 décembre 2008 (ZENIT.org) - Durant son intervention dans l’hémicycle du Conseil de l’Europe à Strasbourg, le cardinal Ennio Antonelli, président du Conseil pontifical pour la famille, a demandé aux responsables politiques ainsi qu’aux institutions européennes de s’occuper davantage des conséquences de l’hiver démographique que du réchauffement climatique.

Le cardinal est intervenu dans la cadre de la cérémonie de remise du prix européen « Mère Teresa de Calcutta » à la mémoire du prof. Lejeune, qui a eu lieu à Strasbourg le 17 décembre dernier.

Rapportant certaines données qui caractérisent cet « hiver démographique » sur le continent européen, le cardinal Antonelli a souligné que « de sérieux motifs à caractère social exigent aujourd’hui plus d’engagement en faveur de la vie naissante ».

En Europe, l’indice de fécondité, qui est de 1,56 par femme, est nettement en dessous du seuil nécessaire au remplacement des générations qui est de 2,1. Depuis 1980, naissent en moyenne un million d’enfants en moins par an.

Chaque année, l’Europe enregistre 1,2 millions d’avortements. L’union européenne devient de plus en plus vieille : les personnes de plus de 65 ans sont plus nombreuses que les enfants de moins de 14 ans. Les foyers se vident : la moyenne du nombre de personnes composant une même famille est de 2,4, et le nombre des célibataires s’élève à 54 millions , soit un quart de la famille.

Selon le cardinal Antonelli, à la crise démographique s’ajoute un autre problème urgent, celui de l’éducation : « beaucoup d’enfants n’ont pas la possibilité de grandir dans une famille unie et stable ».

D’après les dernières données, « 1,7 millions d’enfants sont nés hors mariage, soit un tiers du total des enfants. Ces dix dernières années, 15 millions d’enfant ont vécu la douloureuse expérience de la séparation de leurs parents. Les divorces touchent la moitié des mariages ».

Le cardinal a ensuite précisé que « les causes de cette triste situation sont multiples ». Parmi les facteurs particulièrement incisifs de cette situation, il met en avant « l’avancée d’une culture individualiste, hédoniste et utilitariste ».

« Un utilitarisme myope, a-t-il souligné, car la dénatalité comporte de graves risques au plan économique, social et culturel. On peut prévoir qu’il y aura une carence de travail et une baisse de la production des biens et des services ».

« Le paiement des retraites et l’assistance aux personnes âgées deviendront insoutenables par manque de ressources financières et humaines, a-t-il ajouté. Et l’immigration de personnes venant de pays non européens ne suffira pas à combler les vides. Par ailleurs, si cette dernière n’est pas bien gérée, elle pourrait compromettre la continuité des peuples européens et la transmission de leur patrimoine culturel ».

Ce n’est pas étonnant que l’on dise, a souligné le cardinal Antonelli, « qu’il faudrait peut-être s’occuper davantage de l’hiver démographique que du réchauffement atmosphérique ».

Bien que l’attention pour la vie et la famille soit plus marquée, pour le cardinal Antonelli, cet engagement « ne constitue pas encore une priorité. L’Union européenne aurait besoin d’un organisme qui s’occupe uniquement de ces questions. La part du PIB consacrée à la famille est de 2,1% seulement, soit 1/13 des dépenses sociales ».

Selon le cardinal Antonelli, pour mettre un frein à la crise démographique et donner un nouveau tournant aux politiques sociales, il faut protéger la natalité et promouvoir une saine éducation. Et pour lui, « la famille, fondée sur le mariage entre un homme et une femme, est la meilleure garantie pour y arriver ».

En conclusion, le cardinal Antonelli a souligné le lien étroit qui unit « l’engagement pour la vie et l’engagement pour la famille » et affirmé que « le meilleur moyen de promouvoir les droits des enfants mineurs, à commencer par le droit à la vie, est de soutenir la famille afin qu’elle puisse accomplir sa mission ».

 Antonio Gaspari



Zenit.org, 2006. Tous droits réservés
- Pour connaitre les modalités d´utilisation vous pouvez consulter :
www.zenit.org ou contacter infosfrench@zenit.org
- Pour recevoir les news de Zenit par mail vous pouvez cliquer ici
Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales