Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 23 novembre 2017 - Saint Clément Ier
Publié le : 15 décembre 2008 Source : Zenit.org
 

 

Les news

Birmanie : l’Eglise catholique présente dans le travail de prévention du SIDA

ROME, Lundi 15 décembre 2008 (ZENIT.org) - A Lashio, en Birmanie, l’Eglise catholique est présente dans le travail de prévention de la pandémie du SIDA, rapporte « Eglises d’Asie » (EDA), l’agence des Missions étrangères de Paris. 

Bernadette Seng Bu connaît bien le SIDA. Il a emporté son frère aîné et sa femme, une sœur aînée et son mari ainsi qu’un plus jeune frère. C’est la raison pour laquelle cette catholique de 38 ans et mère de trois enfants a fait le serment d’essayer d’épargner à d’autres un sort semblable. Depuis, Bernadette s’est mise au service des malades du SIDA et des séropositifs, à Lashio, dans le nord-est du pays. Selon l’UNAIDS (Joint United Nations Programme on HIV/AIDS), 240 000 personnes en Birmanie ont contracté le virus du SIDA (syndrome immunodéficitaire acquis). 

Il y a deux ans, Bernadette Seng Bu mettait en place avec quatre autres femmes et l’aide de Karuna Myanmar Social Services (1), le service d’aide sociale de l’Eglise catholique en Birmanie, un groupe de prévention contre le SIDA et de prise en charge des séropositifs et des sidéens. La plupart des habitants des villages montagnards de sa région ne savent rien du SIDA, de la séropositivité et des modes de transmission de ce virus. « Notre groupe rencontre les gens chez eux pour expliquer les soins, donner des conseils, éduquer à la santé, apporter nourriture et médicaments. Il y a encore dans ces régions une discrimination et une mise à l’écart des personnes atteinte du SIDA », explique-t-elle à l’agence Ucanews. 

Lors d’un séminaire, organisé du 5 au 7 décembre dernier, au Centre de la Conférence épiscopale de Birmanie à Rangoun, Bernadette Seng Bu faisait partie des vingt soignants (15 laïcs et 5 religieuses), venus pour cette session, l’une des nombreuses organisées par l’Eglise de Birmanie afin de marquer la Journée mondiale contre le SIDA, le 1er décembre. Ils sont huit groupes de soignants chrétiens dans le pays, à tenter de faire mieux connaître les moyens de transmission du SIDA à la population. Ils expliquent comment se transmet le virus, les conséquences de la maladie et engagent les couples à être fidèles l’un à l’autre afin d’éviter la contagion. Ils vont également rendre visite aux sidéens hospitalisés. Karuna dirige deux de ces groupes, des congrégations religieuses encadrant les autres. 

Lors du séminaire de Rangoun, les soignants ont demandé comment impliquer davantage leurs prêtres dans la prévention du SIDA et l’aide aux sidéens. Ils ont ensuite discuté du réseau des catholiques et des personnes d’autres confessions, ainsi que de la manière de vaincre la discrimination contre les personnes atteintes du SIDA, présente au sein de la société et même de l’Eglise. Une des propositions qui est ressortie des débats a été que l’Eglise mette en place à Rangoun et à Mandalay, des centres de soins palliatifs pour les sidéens. Des religieuses dirigent des centres de soins de jour qui proposent soutien psychologique et médical aux malades du SIDA, et s’assurent que les patients qui décèdent auront des funérailles décentes mais, au sein de l’Eglise, elles sont les seules à proposer un tel service. Le gouvernement, quant à lui, gère des centres de soin à Rangoun. 

Au même moment, une autre session ecclésiale se tenait, toujours dans le cadre de la journée mondiale contre le SIDA, à Mandalay, au centre du pays. Environ 200 prêtres, religieuses et laïcs, dont des représentants de l’ONG protestante World Vision, assistaient, le 7 décembre, à une représentation théâtrale de prévention contre le SIDA, qui comprenait des temps de prière et de partage biblique. Ko San Win l’un des acteurs, avait, comme Bernadette Seng Bu, vu le SIDA de très près : « Mon frère et un ami sont mort du SIDA », a-t-il confié à Ucanews. La pièce de théâtre, destinée à un large public, mettait en scène trois approches du SIDA par des familles que San Win et son groupe représentaient, et posait la question de ce qui peut arriver aux enfants dont les parents succombent du SIDA. 

Ko San Win se souvient d’avoir accompagné son frère demander des médicaments à des ONG étrangères. Après la mort de son frère, il a commencé à travailler comme volontaire dans des programmes de prévention contre le SIDA pour la population de Mandalay. Mgr Paul Zinghtung Grawng, archevêque de Mandalay, a présidé la manifestation et dit aux participants que chaque catholique se devait de participer à la prévention contre le SIDA. 

(1) Service social birman Compassion (Karuna)



Zenit.org, 2006. Tous droits réservés
- Pour connaitre les modalités d´utilisation vous pouvez consulter :
www.zenit.org ou contacter infosfrench@zenit.org
- Pour recevoir les news de Zenit par mail vous pouvez cliquer ici
Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales