Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 17 avril 2021 - Bienheureuse Claire Gambacorti
Publié le : 23 juillet 2007 Source : Zenit.org
 

 

Les news

Congrès œcuménique : Pas de réflexion intellectuelle sans engagement spirituel

ROME, Lundi 23 juillet 2007 (ZENIT.org) – Il faut intensifier le dialogue catholique-orthodoxe en associant toujours l’engagement spirituel à la réflexion proprement intellectuelle.
C’est ce qu’affirment les participants au 4ème Colloque patristique de la fondation « Pro Oriente » qui s’est déroulé du 27 au 30 juin au monastère orthodoxe de Brancoveanu situé à Sambata de Sus près de Sibiu (Roumanie) autour du thème : « L’Unité et la Catholicité de l’Église », précise un communiqué de la Fondation Pro Oriente.

Vingt-sept professeurs ou chercheurs renommés de patristique à parité orthodoxes et
catholiques, provenant de 16 pays d’Europe occidentale et orientale (Allemagne, Autriche, Belgique, France, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Italie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Russie, Serbie, Slovaquie, Suisse, Ukraine) ont participé à ce congrès, soutenus par le rythme quotidien de la prière monastique, avec la présence de l’archevêque de Sibiu et métropolite de Transylvanie, Prof. Dr. Laurentiu (Streza).

L’un des axes permanent de ces colloques est la réflexion autour des racines culturelles et spirituelles de l’Europe.

Ce colloque s’inscrit comme une étape conduisant à la rencontre de la 3ème Assemblée oecuménique européenne qui se tiendra à Sibiu en septembre 2007.

Cette session avait pour thème l’unité et la catholicité, deux des quatre caractéristiques de l’Église confessées par tous les chrétiens dans le symbole de foi (credo) de Nicée-Constantinople.

Le colloque s’est ouvert par la lecture d’un communiqué du cardinal Walter Kasper, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, et d’un message du cardinal Christoph Schönborn, président du Comité de haut patronage de « Pro Oriente » et initiateur de ces colloques patristiques.

Autour des nombreuses et riches communications consacrées aux Pères, le colloque s’est intéressé à la question récurrente : Quelles formes d’unité et de catholicité sont envisagées lorsque les chrétiens confessent que l’Église est une, sainte, catholique et apostolique ?

Les conférenciers se sont accordés sur l’existence d’un consensus des Pères quant au fait que l’Église trouve son modèle ultime d’unité dans la vie trinitaire qui est reçue dans la participation communautaire au Corps du Christ vivifié par l’Esprit Saint.

Dans le Dieu trinitaire, la diversité personnelle n’est pas contraire à l’unité, mais constitutive de celle-ci. Cette unité dans la catholicité (plénitude dans la foi et la vie sacramentelle) qui, dans la vision des Pères, ne signifie ni uniformité ni confusion mais respect des particularités, ne pourrait-elle pas indiquer un chemin possible qui aide à dépasser les clivages persistant au sein de l’Europe ? se sont interrogés les participants, selon le communiqué de la Fondation « Pro Oriente ».

Le dialogue théologique présente des incidences substantielles également au plan politique et social dans la mesure où la division entre les chrétiens a favorisé un certain écartèlement culturel et spirituel entre l’Ouest et l’Est de l’Europe.

Les débats ont également donné l’occasion d’un enrichissement mutuel résultant des regards croisés sur certains thèmes abordés : les titres de Patriarche d’Occident (porté naguère par l’évêque de Rome) et de Patriarche Œcuménique, le concept de Concile œcuménique, les différentes formes institutionnelles et charismatiques de manifestation de l’unité et de la catholicité dans la vie des Églises et de l’Église entière.

Il a été reconnu que l’Orient et l’Occident chrétiens ne sont pas deux mondes séparés, et qu’il a toujours existé, malgré les tensions croissantes et l’estrangement réciproque à partir du Moyen Age, un échange continuel de dons entre les deux aires ecclésiales, un échange qui a commencé au temps des Apôtres et des Pères.

Les participants ont exprimé le vœu que le prochain colloque prévu dans deux ans soit consacré à l’apostolicité de l’Église, toujours selon le communiqué de la Fondation.

La Fondation Pro Oriente a été créée en 1964 par le cardinal Franz König pour cultiver et renforcer les relations entre l’Eglise catholique romaine et les Eglises orientales, dans l’esprit du concile Vatican II. Basée à Vienne, cette fondation travaille de façon non officielle à des projets de recherche scientifique, organise des séminaires et des colloques théologiques, et publie des ouvrages scientifiques.



Zenit.org, 2006. Tous droits réservés
- Pour connaitre les modalités d´utilisation vous pouvez consulter :
www.zenit.org ou contacter infosfrench@zenit.org
- Pour recevoir les news de Zenit par mail vous pouvez cliquer ici
Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales