Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
Blanc - Saints Anges gardiens 2 octobre 2014 - Les Saints Anges Gardiens
Publié le : 21 mai 2007 Source : Zenit.org
 

 

Les news

Amérique latine : L’influence des media sur la mentalité contemporaine

ROME, Lundi 21 mai 2007 (ZENIT.org) – « Nous ne pouvons pas penser à une mission efficace sans y incorporer de quelque façon les moyens de communication qui configurent si profondément la mentalité de nos contemporains », déclare Mgr John P. Foley, président du conseil pontifical des Communications sociales, dans les colonnes de Fides.

Dimanche 20 mai a lieu la 41e Journée mondiale des Communications sociales qui cette année avait pour thème : « Les enfants et les moyens de communication : un défi pour l’éducation ». A cette occasion, Mgr Foley a répondu aux questions de Fides à Aparecida, siège de la Ve Conférence de l’épiscopat latino-américain et des Caraïbes

Q : Pendant son discours d’inauguration de la Conférence d’Aparecida, Benoît XVI a invité clairement les évêques à utiliser les moyens de communication sociale comme un espace pour la mission. Quel rôle a la communication dans la culture contemporaine ?

Mgr Foley – La culture contemporaine ne peut se comprendre si on ignore la réalité de la communication. Le magistère pontifical a été clair et insistant sur ce thème dès la fin du Concile Vatican II, et a pris une force particulière avec le pape Jean-Paul II et maintenant avec le Saint-Père Benoît XVI. Nous sommes invités à nous rendre compte que les personnes auxquelles s’adresse aujourd’hui le message du Christ, pensent et comprennent le monde selon des catégories qui leur sont données par les moyens de communication sociale parfois dans une mesure beaucoup plus grande que par les propositions venant de la famille, de l’école, des partis politiques ou des Eglises. Nous ne pouvons penser à une mission efficace sans incorporer de quelque façon cette réalité qui configure si profondément la mentalité de nos contemporains.

Q – L’Eglise en Amérique Latine compte beaucoup sur ces moyens pour diffuser son message. Que suggéreriez-vous aux évêques pour profiter au maximum de ces espaces culturels ?

Mgr Foley – Ce sont précisément les évêques d’Amérique Latine qui avec effort et courage, ont protégé et encouragé de plus en plus les nombreux moyens de communication du continent. Sûrement eux-mêmes savent compter sur cette grande ressource, qui aurait peut-être seulement besoin d’être mise en relation avec le reste du travail d’évangélisation, de telle façon que la communication et la pastorale ne soient pas deux mondes séparés, mais que la communication efficace renforce toutes les parties de notre travail et génère des espaces de communion. N’oublions pas que l’évangélisation est en soi de la communication !

Q – Pensez-vous que les prêtres, les religieux, les religieuses et les agents pastoraux soient préparés pour affronter le défi de la culture médiatique de notre époque ?

Mgr Foley – Pendant l’Assemblée plénière de notre Dicastère, a été mis en lumière le besoin urgent d’une instance de formation dans ce domaine. Tous ont été encouragés à proposer ce type d’initiative afin que les agents pastoraux, en particulier les prêtres et les consacrés connaissent les clés de cette nouvelle culture et sachent utiliser avec succès les différents langages qui aujourd’hui sont utilisés spécialement par les enfants et par les jeunes. C’est à eux que nous devons spécialement nous adresser : c’est ce que le pape a rappelé dans son message pour cette 41e Journée mondiale des Communications sociales.

Q – Pourquoi considère-t-on fréquemment le phénomène de la communication comme un simple problème de technologie ?

Mgr Foley – C’est une simplification dans laquelle on tombe facilement, car une série d’équipements techniquement très élaborés sont impliqués. Mais c’est précisément l’Eglise, experte en humanité, qui signale avec insistance que ce qui est important ce sont les personnes concrètes, les familles, les groupes et la communication entre eux. Ces flux communicatifs créent quelques nouvelles formes de comportement, dans lesquelles la technologie est l’occasion et le support, mais en aucune façon le protagoniste.

Q – Croyez-vous que le profil d’un communicateur catholique ait fondamentalement changé aujourd’hui ?

Mgr Foley – Je crois que les profils se sont multipliés, car se sont multipliés les domaines de communication dans lesquels on peut et l’on doit être présent. Mais les clés de base continuent à être les mêmes : le communicateur catholique doit surtout être un croyant sincère et enthousiaste qui a rencontré le Seigneur et collabore avec l’Eglise dans l’annonce de son message. Dans la vie quotidienne il devra être fidèle au message et créatif dans les formes pour la diffuser, toujours avec l’horizon de la vérité, du bien commun et de la liberté.

Q – Vu l’évolution de la société et de l’Eglise, comment évaluez-vous l’initiative du Réseau informatique de l’Eglise en Amérique Latine (RIIAL) commencée il y a plus de 15 ans ?

Mgr Foley – Je crois qu’a été providentiel le fait que la RIIAL, articulée avec de nombreuses autres initiatives de communication, ait été fondée et soit aussi active dans les différentes Conférences épiscopales et dans de nombreux diocèses. Cela a facilité de façon très efficace le flux communicatif, autant dans la préparation que dans la diffusion de la Ve Conférence générale de l’épiscopat latino-américain. Et cela arrive pour la première fois dans l’histoire, parce que la Conférence de Saint Domingue ne pouvait pas compter sur des moyens si nombreux et si efficaces. Je crois que cela donnera un nouvel élan à la prise de conscience que l’apostolat et la mission au XXe siècle devront continuer à encourager ces espaces de communication et de dialogue avec le monde entier.



Zenit.org, 2006. Tous droits réservés
- Pour connaitre les modalités d´utilisation vous pouvez consulter :
www.zenit.org ou contacter infosfrench@zenit.org
- Pour recevoir les news de Zenit par mail vous pouvez cliquer ici
Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales