Catholic.net International English Espanol Deutsh Italiano Slovensko
 - 14 novembre 2018 - Saint Sidoine
Publié le : 25 octobre 2006 Source : Zenit.org
 

 

Les news

Homélie de Pie XII pour la canonisation de St. Antoine Marie Claret

ROME, Mercredi 25 octobre 2006 (ZENIT.org) – Antoine Marie Claret y Clara a donné aux travailleurs « des exemples admirables et imitables d’honneur et de sainteté », a souligné Pie XII le jour de la canonisation du saint catalan.

Voici le texte complet de l’homélie du pape Pie XII pour la canonisation de l’évêque St. Antoine Marie Claret y Clara, en 1950.

Homélie (cf. Missel)

« Lorsque Nous évoquons la vie de saint Antoine-Marie Claret, dit Pie XII dans l’homélie de la canonisation, Nous ne savons ce qu’il faut le plus admirer : l’innocence de son âme que, dès sa plus tendre enfance, des soins attentifs et sa prudence conservèrent intacte, tel un lis entre les épines ; ou l’ardeur de sa charité qui le faisait tendre au soulagement de toutes les misères ; ou enfin son zèle apostolique qui le fit contribuer si fortement, par une activité de jour et de nuit, par des prières instantes pour le salut des âmes, par de nombreux voyages, par des discours enflammés d’amour pour Dieu, à la réforme des mœurs privées et publiques selon l’esprit de l’Evangile.

Lorsque, jeune homme, il exerçait le métier de tisserand pour obéir à la volonté de son père, il donna à ses compagnons de travail de tels exemples de vertu chrétienne, qu’il excitait l’admiration de tous. Et dès qu’il pouvait cesser le travail et se reposer, il gagnait une église où il passait ses meilleures heures en prières et en contemplation devant l’autel du Saint Sacrement ou l’image de la Vierge. Car il était dans les vues de la Providence qu’avant même d’être élevé à un état de vie supérieure, il donnerait aux travailleurs des exemples admirables et imitables d’honneur et de sainteté.

Après quelques années, surmontant bien des obstacles, il put enfin réaliser, le cœur rempli de gratitude pour Dieu, ce qu’il avait toujours souhaité et se consacrer totalement à Dieu. Admis au séminaire diocésain, il se donna avec joie et courage à l’étude, obéissant avec soin au règlement, et s’efforça partout de développer en son âme les dons naturels pour reproduire par ses paroles et ses actes la vivante image de Jésus-Christ. Aussi est-ce comme un infatigable soldat qu’ayant achevé ses études et devenu prêtre, il se lança tout heureux dans le champ de l’apostolat, comptant moins sur les moyens humains que sur la puissance divine ; et, dès le début de son ministère sacerdotal, il obtint d’admirables fruits de salut. En s’acquittant de ce ministère, il prit toujours un soin particulier à rechercher ce qui lui paraissait répondre le mieux aux besoins de son époque.

C’est ainsi que voyant une ignorance assez générale des préceptes divins et la tiédeur d’un grand nombre vis-à-vis de la religion être cause d’un affaiblissement de la piété chrétienne, d’une désertion des églises et de la ruine lamentable des mœurs, il forma avec opportunité le projet d’entreprendre des courses missionnaires pour organiser dans diverses villes et villages des prédications de plusieurs jours. Pendant qu’il prêchait, son visage rayonnait de la charité dont brillait son âme : les paroles qui sortaient de ses lèvres, ou plutôt de son cœur, étaient telles que les assistants étaient souvent émus jusqu’aux larmes et, qui plus est, inclinés à tendre d’un cœur sincère vers une vie meilleure et plus sainte.

Aussi lui arrivait-il d’obtenir plus que de salutaires améliorations, le renouvellement des mœurs, qu’il confirmait efficacement en accomplissant au nom de Dieu d’extraordinaires miracles. Comme sa réputation de sainteté se répandait chaque jour davantage, il fut jugé digne d’être promu archevêque et de se voir confier l’île de Cuba. Bien qu’il y rencontrât de graves difficultés et des obstacles sans cesse renaissants, il ne se laissa pas décourager par les travaux les plus durs, ni les périls de tous genres ; ce qu’en bon soldat du Christ il avait fait en Espagne, cet excellent, cet intrépide pasteur s’efforça de le réaliser dans l’île.

Rappelé ensuite dans sa patrie, et choisi comme confesseur de la Reine et son conseiller, il n’eut pas d’autres préoccupations que la recherche de ce qui était le plus utile au salut de son auguste pénitente : la défense des droits de l’Eglise et le développement de tout ce qui pouvait concourir à l’expansion de la religion catholique.

L’œuvre si utile qu’il avait déjà commencée depuis longtemps, à savoir la fondation d’un groupe de missionnaires consacrés au Cœur Immaculé de la Vierge Marie fut achevée et si bien affermie et dotée de Règles très sages qu’elle se propagea peu à peu avec succès en Espagne, dans presque toutes les nations d’Europe et jusqu’aux Amériques, ainsi qu’en Afrique et en Asie.

Tels sont, vénérables frères et chers fils, les principaux traits de la physionomie de ce saint et le très bref résumé de ses œuvres. On voit clairement combien saint Antoine-Marie Claret s’est signalé par sa sublime vertu, et par tout ce qu’il accomplit pour le salut de son prochain. Si les ouvriers, les prêtres, les évêques et tout le peuple chrétien tournent leurs regards vers lui, ils auront certes tous des raisons d’être frappés par ses exemples lumineux et d’être entraînés, chacun selon son état, à l’acquisition de la perfection chrétienne, seule source d’où pourront sortir les remèdes que réclame la situation troublée actuelle et d’où pourront naître des temps meilleurs.

Puisse le nouveau saint nous obtenir cela du Divin Rédempteur et de sa Mère Immaculée. Et que ce soit le fruit béni de cette solennelle célébration. Amen.



Zenit.org, 2006. Tous droits réservés
- Pour connaitre les modalités d´utilisation vous pouvez consulter :
www.zenit.org ou contacter infosfrench@zenit.org
- Pour recevoir les news de Zenit par mail vous pouvez cliquer ici
Accueil | Version Mobile | Faire un don | Contact | Qui sommes nous ? | Plan du site | Information légales